Engin Sustam : Art & Subalternité kurde

Jeudi 2 novembre 2017, de 15h00 à 18h00
Université Paris 8 Saint-Denis, Amphi B106 (Bâtiment B1, 1er étage)
2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis – Métro Saint-Denis Université

Engin Sustam (Experice-Paris 8 / Université de Genève) : Art & Subalternité kurde – L’émergence d’un espace de production subjective et créative entre violence et résistance

L’histoire de la production culturelle et artistique kurde trouve de nouvelles formes d’inscription sociale et se réinvente, avec les influences de la réflexion anti-coloniale, au cours des années soixante-dix, puis la diaspora (l’exil) de la génération des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Il y a l’émergence d’un espace de créativité spécifiquement liée à l’historicité des formes de résistance kurde dans cette conjoncture. Nous définissons l’espace kurde comme une constellation des modes de perception et de production artistique et comme espace de révolte, de conflit, de violence et de résistance entre deux régimes de valeurs : les micro-langages de l’espace colonisé et le macro-langage de l’espace dominant. Cette recherche porte sur, et à la fois consiste en cette énonciation collective produisant de l’espace, selon des formes de subjectivation issues de la position de subalternité spécifique de l’histoire moderne et contemporaine kurde. De cette histoire a surgit des formes de résistance plus créatives et des arts oppositionnels qui héritent de la pensée anti-coloniale, en produisant de nouvelles formes de subjectivité qui se déclinent sur une échelle de positionnement subalterne à travers la création artistique. Il s’agit d’une théorie de la « culture mineure en résistance » (« Bê Welat », Sans-patrie) inventant une sémiotique du refus identitaire contre l’identité dominante.

Après un master de sociologie de l’art de l’Université de Mimar Sinan à Istanbul, puis un master et doctorat à l’EHESS à Paris, Engin Sustam a enseigné aux Universités d’Arel, et du 29 Mai à Istanbul, et à l’Université de Genève en sociologie et en philosophie. Ses recherches portent sur la sociologie des arts, les études kurdes, les nouveaux mouvements sociaux, la critique postcoloniale, la pensée politique et la violence et la contre-violence en Turquie. Il est le curateur de plusieurs expositions à Istanbul abordant les relations entre art, politique, genre et mémoire. Membre du comité de rédaction de la revue Teorik Bakis et de nombreux collectifs dont BAK (Universitaires pour la Paix), Jîngeh, Eko-Jîn et Jiyana Ekolojîk en Turquie.

http://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com