Études politiques en Palestine et Kurdistan (1)

Jeudi 17 novembre 2016 – 12h00-18h00
Université Paris 8 Saint-Denis, salle C103 (Bâtiment C, 1er étage)
2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis (M° Saint-Denis Université)

« ”On ne garde pas assez précisément en mémoire que le rôle de l’État en tant que groupe de référence de l’identité du nous pour la grande majorité de ses ressortissants autrement dit le rôle de l’État en tant qu’État national, est de date relativement récente .” L’État moderne s’était formé par expansions et annexions successives de territoires contigus, avec une dynamique interne d’où les conflits et la violence n’ont jamais été exclus. Les entreprises coloniales qui vont accompagner l’établissement des États modernes, et d’abord de la France et de l’Angleterre, mettent ces États à la tête d’empires, comme Hannah Arendt l’a montré de façon magistrale. Les empires coloniaux diffèrent considérablement des autres formes d’empire, parce que l’État central, l’État-nation s’y maintient avec ses privilèges et son exclusivité, tout en établissant sur les colonisés, transformés en subalternes au sens que Gramsci donne à ce terme, une domination politique, économique et culturelle.
Si l’on envisage maintenant non plus les processus de colonisation et de décolonisation et si, en se situant dans une perspective ”décoloniale” c’est à dire en se proposant d’amorcer une décolonisation du savoir, on en vient à la question de la colonialité du pouvoir et de l’État, on déplace le curseur et on entreprend d’interroger non seulement le passé et le présent des pays qui ont été soumis à la colonisation, mais également celui des puissances colonisatrices. » – (Extrait de L’État : de l’entreprise coloniale à la vision décoloniale, Tumultes 2015/1, n°44)

Sonia Dayan-Herzbrun (Université Paris 7 / Institut des Humanités Medfil) : L’État de l’entreprise coloniale à la vision décoloniale

Éléonore Merza (CNRS / Laboratoire De-Colonizer) et Eitan Bronstein Aparicio (Laboratoire De-colonizer) : Cartographies de Palestine

Naji El Khatib (Institut des Humanités Medfil) : Les peuples sans États et l’héritage de Sykes-Picot


Sonia Dayan-Herzbrun est professeure émérite de l’Université Paris 7, directrice de la Revue Tumultes, revue interdisciplinaire sur les phénomènes politiques contemporains. Membre notamment du RING (Réseau Interdisciplinaire National sur le Genre). Travaux récents de sociologie politique sur la dimension des rapports de genre confrontés à la question de la citoyenneté, en particulier au Moyen-Orient. Nombreux colloques et nombreux ouvrages et articles et éditrice de nombreux ouvrages collectifs, dont « Agir politique et citoyenneté des femmes au tournant des révolutions arabes », IRD Éditions, « Femmes du Liban et de la Palestine dans la lutte armée », La Découverte, « Révolutions arabes, entre le local et le global », North Africa in the process of change, L’État : Concepts et politiques (Co-dir. avec N. Murard et E. Tassin).

Naji El Khatib est sociologue. 
Doctorat de sociologie politique à l’EHESS à Paris. A longtemps enseigné à l’Université An-Najah à Naplouse (Palestine).
 Co-responsable de l’Institut des Humanités MEDFIL et du CUEM-Consortium des Universités Euro-Méditérranéennes.
 Ses domaines de recherche sont la sociologie de l’intervention, la socio-analyse et l’analyse institutionnelle, la psycho-analyse des groupes, les théories et les méthodes de formalisation de la recherche et de l’enseignement et leur mise en pratique. La sociologie de la famille, de la santé, du travail social, de l’éducation, et du juridico-social.
 Publications et ouvrages récents : The Plurality of Thought Versus the Monolithic Obscurantism, Omagate publishing, 2016. The Gender and the Globalization of Concepts-Deconstructive Analysis, Omagate publishing, 2015.

Éléonore Mezra est anthropologue politique, chercheuse associé au CNRS. Elle a consacré sa maitrise et son master à la mémoire collective des populations en situation de migration, des minorités et des personnes marginalisées et / ou en exil. Dans son doctorat, réalisé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris, elle a analysé le cadre de la citoyenneté non-juive en Israël et les jeux de pouvoir politique / relations entre les minorités et l’État ainsi que les mobilisations collectives politiques. Depuis ses recherches postdoctorales effectuées au Centre français de recherche à Jérusalem, elle continue à remettre en question et à réexaminer les modalités d’une vie partagée dans la société israélienne, la fabrication d’identités (re)construites et (re)mobilisées, et la figure de “l’Autre” comme menace, ennemi, être perçu comme différent. Ses principaux domaines de recherche sont les manifestations sociales, les mobilisations politiques, le genre et les féminismes et l’activisme de la mémoire. En 2015, elle a cofondé De-Colonizer et en est actuellement la codirectrice. Elle est aussi photographe et écrivaine.

Eitan Bronstein Aparicio est un éducateur israélien. Il a obtenu sa maîtrise en herméneutique de l’Université Bar Ilan. Après avoir travaillé pendant plus de dix ans en tant que coordinateur de rencontres et de projets entre Juifs et Arabes à l’école pour la paix à Neve Shalom – Wahat al-Salam – il a fondé l’ONG Zochrot et en a été le directeur jusqu’en 2011. Il est l’auteur de nombreux articles et de “The Nakba in Hebrew: Israeli-Jewish Awareness of the Palestinian Catastrophe and Internal Refugees,” in Masalha, Nur (ed.), Catastrophe Remembered: Palestine, Israel and the Internal Refugees. Zed Books, 2005. En 2015, il a cofondé De-Colonizer et en est actuellement le co-directeur. Il est également réalisateur.


http://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search