Violence politique, violence épistémologique

Mercredi 2 mai 2018 de 15h00 à 18h00
Séminaire de grève au Café Le Relais de Belleville (1er étage)
34 rue de Belleville 75019 Paris (M° Belleville)

Cette séance vient conclure deux années du séminaire d’études politiques en Proche et Moyen-Orient (« Épistémologie et politique : Recherches en Proche et Moyen-Orient » en 2016-2017 et « Critique de l’État en Proche et Moyen-Orient : Enjeux épistémologiques et politiques » en 2017-2018) et ouvrir à de nouvelles problématiques autour des temporalité et subjectivités politiques, et la critique de l’histoire.
Elle se déroulera en deux temps, un premier temps réservé à une discussion autour du problème de la violence politique, et de la violence épistémologique en confrontant les recherches, puis dans un second temps, on réunira les prémisses d’un nouveau cycle de rencontres à venir.

Recherches en cours et discussion : Camille Fauroux (CRH-EHESS / Lille 3), Leila Elyaakabi (FUIQP), Béatrice Rettig (LLCP-Paris 8), Amir Kianpour (LLCP-Paris 8), Somayeh Rostampour (GTM-Paris 8).

Les problématiques de la violence politique et de la violence épistémologique pointent toutes les deux vers une critique de l’histoire, en tant que discipline hautement politisée et institutionnalisée.
À une violence politique, et une oppression systémique, s’adjoint toujours une justification théorisée de la domination, variable selon les temps et les lieux. Différentes théories de la colonisation puis de la globalisation néolibérale se sont succédées.
Ainsi, à la reproduction de la violence répond celle de la reproduction des cadres épistémologiques, et bien que la critique épistémologique ait fait l’objet de nombreuses remises en cause parce qu’elle n’était pas toujours formulée en termes d’économie politique, avec pour conséquence une essentialisation, elle montre comment l’interruption du cycle de reproduction de la violence s’accompagne de remises en cause d’ordre épistémologique.
C’est ainsi que les pratiques historiennes à la marge, les inter-disciplinarités, la micro-histoire, les pratiques narratives qui laissent de la place à la subjectivité ou font appel à une épistémologie du point de vue ont été une ressource précieuse pour les mouvements des dernières décennies.
Plus largement, il s’agissait de ne pas opérer une critique de l’histoire détachée de tout contexte, mais d’articuler des démarches opératoires tant au plan des méthodologies que des productions elles mêmes.

Séminaire d’études politiques en Proche et Moyen-Orient
Sur Internet : http://seminairepo.hypotheses.org
Contact : contact.seminaire.po (AT) gmail.com