Temporalités, subjectivités, politique (7)

Jeudi 24 octobre 2019, salle A2-202 (Nouvelle Maison de la Recherche, Bât. A2, 2ème étage, Accès Terrasse) de 12h00 à 15h00 — Séance 7
Université Paris 8 Saint-Denis
2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis – Métro Saint-Denis Université

Gulistan Sido (Université du Rojava) : Les savoirs et les langues dans le projet alternatif du Rojava (suite – Intervention via l’Internet)

L’Université du Rojava, créée en 2016 à la suite de l’Académie des sciences sociales de Mésopotamie, et l’Université d’Afrin en 2015 dans le Rojava et la Syrie du nord dans le contexte de l’expérimentation du confédéralisme démocratique et la structuration de nouvelles institutions dans les domaines de l’éducation, la santé, la justice, a accueilli plus de 700 étudiant·e·s depuis sa création. Bien entendu, elle adopte les principes suivants : libération des femmes, société écologique, construction d’une fraternité et amitié entre toutes les nations et diverses composantes syriennes. Elle rejette les relations hiérarchiques et favorise des liens d’amitié et de coopération entre étudiant·e·s et enseignant·e·s.
Elle est parmi les quelques universités de la région, et dont les parcours et inscription sont gratuits, ouvertes malgré la situation sociale et politique, jusqu’à ce mois d’octobre 2019 dans la gravité de la situation du conflit à la frontière turco-syrienne.

Gulistan Sido (Université du Rojava), après un cursus de littérature française, et de traduction et d’arabisation à l’Université d’Alep, poursuit ses études à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris 3) dont elle est titulaire du master de Lettres Modernes, puis amorce un second master à l’INALCO qu’elle se voit obligée d’interrompre en 2009. Elle a enseigné l’arabe et le français à partir de 2003 à Alep.
Membre fondatrice de l’Institut de Littérature et Langues Kurdes « Viyan Amara » à Afrin, Vice-présidente du Comité Éducation-Rojava-Afrin, et de l’Université du Rojava à Qamishli où elle est aussi responsable du Comité Académique et membre du Comité des relations internationales.
Domaines de recherche : Théories de l’oralité, Littératures orales kurdes, Révolution sociale et luttes des femmes.

 

Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8) : Répétitions de l’histoire

L’intervention participe au mouvement de contestation contre l’agression unilatérale de la Turquie au Rojava depuis le 9 octobre dernier, par à la fois un témoignage et une information, et quelques jalons pour un renouvellement de la réflexion sur les formes actuelles d’internationalisme. Elle partira de deux questions, l’une sur ceci que C’est déjà arrivé, – et si il y a répétition de l’histoire, quel sens prend-elle à la fois du point de vue de notre notion de l’histoire, et de notre recourt à y intervenir ? -, et l’autre, dans la foulée, au delà de ce sentiment d’impuissance à assister au déroulement d’une situation dont tous les ressorts et les décisions semblent n’appartenir qu’aux gouvernements et aux diverses instances de la gouvernance internationales, sur Que peut l’écrivain ?

Mansur Tayfuri rédige à l’Université Paris 8 une thèse de doctorat de philosophie sur le sujet « États et exceptions ». La thèse s’appuie sur l’étude de l’histoire des minorités kurdes de l’Iran moderne. La recherche était précédée d’un Master sur les mouvements Kurdes en Iran pendant la révolution iranienne de 1979. Mobilisant quatre langues, Mansur Tayfuri écrit principalement en kurde et en farsi. On lui doit des récits et des textes littéraires. Il est également traducteur et s’est consacré à la traduction de textes de philosophie contemporaine. Prix de la littérature kurde en Iran en 2003 et 2005, et Prix de la traduction en Irak en 2005. Ouvrages de traduction récents : Nous les réfugiés, Recueil de textes d’Hannah Arendt et de Georgio Agamben, 2014. Le Maître ignorant, Jacques Rancière, 2015. La Vraie vie, Alain Badiou, 2018.


http://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search