Temporalités, subjectivités, politique (9)

Jeudi 6 février 2020, Le Lieu Dit, 6 rue Sorbier — Arrière-salle (M° Ménilmontant) de 17h00 à 19h00 — Séance 9, suivie d’un verre de l’amitié

 

  • Amir Kianpour (LLCP-Paris 8) : L’hétérogénéité du temps historique dans la pensée marxiste

Le capitalisme a homogénéisé et décaractérisé l’espace et le temps, mais aussi, il les a engendrés de façon différenciée. L’autre face de l’égalisation territoriale capitaliste était un procès de différenciation géographique. Il n’a pas aligné toutes les temporalités sur un même ordre de l’histoire, mais aussi, il régénérait les temporalités inégales.
Il s’agit de l’incomplétude inhérente à la structure temporelle du capitalisme, ou bien sa flexibilité, ou son impureté. De cela témoigne la différence entre le capitalisme absolu et le capitalisme historique. Le capitalisme historique est un processus dynamique qui restructure ou renouvelle constamment sa configuration économique, sociale, culturelle et politique ; cette reconfiguration permanente n’obéit pas à une logique linéaire. Elle est multiple et géographiquement différenciée. Donc, il n’y a pas d’un seul critère normatif de réalisation historique du capitalisme. À chaque instant, il y a une combinaison entre le temps abstrait et homogène proprement capitaliste et de formes concrètes de temps pré-capitalistes ou archaïques.

Amir Kianpour poursuit une thèse de doctorat de philosophie, au LLCP-Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie à l’Université Paris 8 sur l’hétérogénéité du temps historique. Études de sociologie (Master de l’Université de Téhéran, La problématique de l’humain-citoyen dans la littérature dystopique), philosophie (Cours libre de théorie critique, Téhéran, Iran, et Master de l’Université Paris 8 Saint-Denis, France, Le masque du Prince : la théâtralité tragique de la modernité. La problématique de Persona et Natura), ingénierie civile (Diplôme équivalent Bac+4 de l’Université de Khajeh Nasireddin Tousi, Téhéran, Iran). Traduction d’ouvrages et essais de philosophie du théâtre et théorie critique.

 

  • Pavel Abushkin (LLCP-Paris 8) : L’expérience traumatique du parrè ou l’« Homo Sovieticus » : Un sujet hors lieu

Le projet rationnel du nouvel homme du système soviétique a donné lieu à une expérience d’une sorte de perte de contact avec la réalité. La perte de contact avec la réalité, la perte de contact avec les autres et avec soi-même, lorsque les ressources de la volonté personnelle et de la mémoire sont supprimées par un désir accru de contrôle, et qui sont remplacées par des constructions normatives ou par des stratégies de sortie de la situation de l’« ici et maintenant ».
L’identité soviétique devient une sorte de pathos et de théâtre politiques, où c’est la notion d’utopie qui permet de comprendre les émotions nostalgiques des époques soviétique et post-soviétique.
L’identité entre utopie et nostalgie dans le prisme de l’expérience a produit la temporalité d’une expérience du présent comme temporalité post-utopique d’un « futur perdu ».
L’utopie renvoie ici une identité de sens et au contrôle sur les ressources sémantiques. C’est cette notion de l’utopie qui permet de comprendre le sujet de l’identité soviétique comme un sujet « hors lieu ».

Pavel Abushkin rédige à l’Université Paris 8 au sein du Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie sous la direction de Bertrand Ogilvie une thèse de doctorat en philosophie, intitulée L’expérience traumatique du parrè ou l’« Homo Sovieticus » (Année d’inscription en thèse : 2016).
Il est titulaire d’un master de sociologie (2011) et d’un doctorat de philosophie (2014) sur la problématique de l’événement politique dans l’oeuvre d’Alain Badiou à l’Université fédérale de l’Oural à Ekaterinbourg (Russie), où il a été assistant du département d’éthique, esthétique, théorie et histoire de la culture de 2011 à 2014.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search