Temporalités, subjectivités, politique (11)

Jeudi 14 Mai 2020, 15h00-17h30, Séance via l’Internet — Séance 11

  • Isis Castañeda Capriroli (LLCP-Paris 8) : Le rêve comme voie d’analyse de la violence. Les résonances oniriques de la révolte du printemps chilien.

L’objectif de cette recherche est d’explorer et de réfléchir sur la place de la violence politique et, plus précisément, dans la tâche onirique. En ce sens, la thèse centrale est que le rêve est non seulement sensible aux conditions et aux expériences historiques et socioculturelles, mais représente également une manière possible d’accomplir des tâches subjectives et singulières autour de ces expériences.
Ces réflexions sont nées dans le cadre de recherches réalisées au sein du Laboratoire transdisciplinaire des pratiques sociales et des subjectivités (LaPSoS) de l’Université du Chili.
Dans un premier temps, nous présenterons une série d’arguments issus du champ psychanalytique, de la recherche sociale et de la philosophie politique, afin de délimiter la place et les spécificités du rêve dans son lien avec la vie sociale et politique. Dans un deuxième temps, nous présenterons les matériaux de rêves au cours d’une enquête, en particulier, en ce qui concerne le bouleversement social et politique actuel au Chili. Enfin, nous examinerons une série de réflexions succinctes sur le rêve comme moyen spécifique de confronter la violence.

Isis Castañeda Capriroli rédige à l’Université Paris 8 au sein du Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie une thèse de doctorat sur les rêves et l’hétérogénéité de la violence. Elle a auparavant suivi le cursus de master de l’Université du Chili. Elle est membre de l’Assemblée Solidarité Chili à Paris.

 

  • Anouk Anglade (LLCP-Paris 8) : Penser le concept de réactivation avec le mouvement zapatiste et l’actualité du supposé archaïque

Nous ferons un détour par le Mexique pour penser la structure temporelle d’un mouvement de résistance. Il s’agira de comprendre pourquoi et comment le mouvement zapatiste peut-il nous permettre de penser des imaginaires politiques post-capitalistes alors que l’espace de résistance s’est constitué autour d’une identité indigène, qui semble faire directement référence à un passé pré-capitaliste.
Comment s’extraire de la vision idéologique de l’histoire pour penser un relativisme temporel ?
Et même, ne pourrions-nous pas retrouver dans le supposé archaïque des clefs pour penser l’émancipation de demain ?

Anouk Anglade a engagé un cursus de formation à la recherche en philosophie politique à l’Université Paris 8 Saint-Denis en 2019, à la suite d’une licence à l’Université Grenoble-Alpes conclue par une année d’études en sciences humaines au Mexique. Ses recherches actuelles portent sur les temporalités traditionnelles au Mexique, les féminismes sud-américains, le zapatisme, les mouvements internationaux.


Participer à la séance : contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search