Rêves (l’archive entre poétique, politique, et violence de l’histoire) (1)

Jeudi 29 octobre 2020, 15h00-18h00 – La Générale (39 rue Gassendi 75014 Paris) et via l’Internet

Isis Castañeda Capriroli (LLCP-Paris 8 / LaPSoS-Université du Chili) : Le rêve comme archive de la violence.

La recherche interroge les formes contemporaines de la violence, à travers les traces de ses inscriptions dans la vie onirique. Il s’agit d’une approche théorique et pratique des rêves de personnes qui ont vécu l’éclatement social du Chili au printemps 2019. Nous nous intéressons au rêve, à la diversité de ses figures hétérogènes, comme un potentiel d’ouverture à une phénoménologie de la violence, où le rêve devient un terrain propice à déployer une lecture singulière de la violence. En ce sens, elle est une recherche qui se concentre sur un processus, sur le mouvement au cours duquel le rêve est produit, tout en réarticulant les formes de violence. C’est précisément ce processus en mouvement, l’espace de production de la subjectivité face à la violence extrême, que nous allons parcourir.
Ainsi, la perspective délimitée cherche à resituer la voie du rêve en tant qu’espace de réécriture de la singularité qui n’est pas réduite à la loi du même qui impose l’universel abstrait. C’est pourquoi la clé de lecture du rêve qui se présente ici ne se trouvera pas dans sa négativité, la faute ou la détresse, cela qui impliquerait la reproduction d’une vision déficitaire dont la conséquence serait la réduction des expériences de violence à une dimension purement improductive (Das, 1996; Ortega, 2004, 2008), tout comme cela a été développé dans certaines perspectives centrées exclusivement sur l’aspect traumatique ou « victimologique » de la violence. En effet, le rêve ouvre des voies pour penser le croisement de l’histoire singulière et collective, générant une « autre histoire » qui s’ouvre à l’avenir du sujet et de la société (Derrida, 1997).

Psychologue clinicienne à visée psychanalytique, Isis Castañeda Capriroli rédige une thèse de doctorat de philosophie entre le Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) de l’Université Paris Cité, le Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP) de l’Université Paris 8, et le Laboratoire transdisciplinaire en Pratiques Sociales et Subjectivité (LaPSoS) de l’Université du Chili. Ses recherches portent sur le rêve comme moyen d’étudier différents problèmes, s’intéressant plus particulièrement à la violence politique, à son incidence et aux modes de résistance dans la vie subjective. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Bricolaje de la Faculté des sciences sociales de l’Université du Chili, et du Groupe d’études transglobales à l’Université Paris 8.

Hugo Sir (CRESPPA-Labtop Paris 8 / LaPSoS-Université du Chili) : L’Apruebo ou le réveil chilien du passé.

Piñera quelques semaines auparavant de l’insurrection chilienne déclarait que le Chili était une oasis démocratique en Amérique latine. Ce discours avait pour but de masquer la violence structurelle, et la violence quotidienne, supportée par des millions de personnes au Chili.
De nombreuses enquêtes en sciences sociales réalisées auparavant de l’insurrection par des sociologues, des anthropologues, etc. ont constaté que les gens au Chili ne se sentent pas seulement abandonnés, mais agressés, et violentés par les institutions chiliennes.
Tout cela a explosé en octobre 2019. Tentative de récit et d’analyse.

Hugo Sir est un jeune sociologue, militant et chercheur vivant entre le Chili et la France, et membre du collectif Vitrina Dystópica (https://dystopica.org). Doctorat en cours en Sciences sociales à l’université du Chili au Laboratoire transdisciplinaire en pratiques sociales et subjectivité (Lapsos, UCH), et l’université Paris 8 au Laboratoire Théories du politique (Labtop, CRESPPA, Paris 8).

Oreste Scalzone : Socioanalyse narrative.

À la suite de plusieurs interventions précédentes à propos de la notion d’archive, et de l’histoire italienne des années de plomb à laquelle il prit part, Oreste Scalzone parle ici de la Socioanalyse narrative, version italienne de la socioanalyse de Georges Lapassade, née lors de l’expérience d’incarcération d’alors de nombreux·ses militant·e·s, dont on peut trouver la référence dans les écrits de Nicola Valentino, Maria Prette, et Renato Curcio (Sensibili Alle foglie) et dont certains textes ont été traduits en français tels que La Socioanalyse narrative (L’Harmattan, 2014), ainsi que « Rêves des détenus de la prison spéciale de Palmi » (Revue Chimères, 2015) à propos d’une expérience collective de récits de rêves en prison.
L’intervention elle-même, qui a lieu en visioconférence à la veille d’un second état d’urgence sanitaire, peut être considérée comme un exercice de socioanalyse narrative, où les relations entre situations présentes et passées s’actualisent dans la narration.

Oreste Scalzone est un militant politique italien d’extrême gauche, et l’un des cofondateurs du mouvement Potere Operaio, avec Toni Negri, Franco Piperno, et un millier d’autres activistes, partisans d’une critique radicale du capitalisme, du travail, de l’État et de la société actuelle.
Exilé en France des années de plomb, il verra sa condamnation prescrite en février 2007, date après laquelle il entame le retour en Italie. Il n’aura jamais cessé jusqu’à ce jour de militer.


https://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search