Rêves (l’archive entre poétique, politique, et violence de l’histoire) (5)

Jeudi 11 février 2021, 15h00-18h00 (heure de Paris) | 16h00-19h00 (heure du Rojava) via l’Internet

Gulistan Sido (Université du Rojava) : Littératures orales du Kurdistan

L’intervention propose une première introduction à la littérature orale et la culture populaire kurdes, présentes dans toutes les situations de la vie sociale et dans l’art de dire des dengbêj, art performé de l’énonciation en quelques uns de ses différents genres, parmi eux les épopées narrant la tragédie kurde et la beauté du Kurdistan perdu, l’amour, l’histoire, la nature. Les salons de dengbêji, qui étaient aussi des écoles, faisaient partie de la vie artistique kurde auparavant du tracé des frontières entre le nord et le sud du Kurdistan, interdits à l’arrivée du régime Baas, et qui ont aussi souffert de la guerre récente.
Divisé par les traités de Qasr-i-Chirin entre les empires séfévide et ottoman (1639) puis de Sèvres entre la Turquie, la Syrie, l’Iran et l’Irak (1920), le Kurdistan grand d’environ 40 millions d’âmes divisées en désormais quatres régions et la diaspora trouve dans la littérature et la langue souvent proscrite au cours de l’histoire et ses arts parlés, du récit et du chant une ressource vitale, en un continuum du kurmandji, hawrami, sorani, gorani, du zazaki et d’autres parlés, écrites dans les alphabets latin, arabe, cyrillique et arménien.

Gulistan Sido a suivi un cursus de littérature française, de traduction et d’arabisation à l’Université d’Alep, à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 et à l’INALCO. Elle a enseigné l’arabe et le français à partir de 2003 à Alep et co-fondé l’Institut de Littérature et Langues Kurdes « Viyan Amara » à Afrin. Elle est actuellement vice-présidente de l’Université du Rojava où elle est aussi responsable du comité académique et membre du comité des relations internationales. Domaines de recherche : Théories de l’oralité, Littératures orales kurdes, Révolution sociale et luttes des femmes.

Anders Fjeld (LCSP-Paris Cité), Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8) : Rancière archiviste

Il s’agira d’introduire au travail de Rancière dans la période de la fin des années 70, où plongé dans les archives ouvrières, il remet en cause les propositions du marxisme orthodoxe, et l’idée d’avant garde éclairée, vers une autre conception de l’émancipation, celle de tous et de quiconque. C’est La Nuit des prolétaires, Gauny, et Le maître ignorant, puis Les noms de l’histoire, essai de poétique du savoir qui est une période de fondation de son oeuvre, qui doit être mise en regard de la période suivante dans les années 90 avec Politique de la littérature, Au bord du politique, La mésentente, puis les recherches esthétiques qui ne dissocieront plus politique et esthétique.

« La dernière barricade. Formes de résistance en Kurdistan après la révolution iranienne de 1979 », raconte comment toute la population de la ville kurde de Marivan met en échec la répression d’Etat en désertant la ville, et en créant un site de résistance rejoint par toute la région. Le travail se fonde sur une recherche d’archives de témoignages, documents et compilations de presse de l’époque.
L’intervention donnera un extrait du travail, et proposera de le mettre en regard avec les réflexions de Rancière et de Badiou sur l’émancipation, telle qu’elle advient en des moments tel que celui-ci et dont le travail souhaite rendre compte.

Anders Fjeld (LCSP-Paris 7) est Maître de conférence de philosophie politique, et chercheur associé au LCSP (Laboratoire du Changement Social et Politique, Paris 7 / Université de Paris). Co-fondateur du centre de recherche sur l’utopie Archipel des devenirs, et membre du comité de rédaction de Palabras al Margen. À la croisée de la philosophie politique et l’économie politique, ses travaux portent sur la subjectivation politique, la démocratie moderne, la tradition utopique, les clivages et continuités entre philosophie et économie et le post-marxisme comme champ intellectuel.

Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8 / Centre Sohrawardi) rédige à l’Université Paris 8 une thèse de doctorat de philosophie sur le sujet « États et exceptions ». La thèse s’appuie sur l’étude de l’histoire des minorités kurdes de l’Iran moderne, et était précédée d’un travail sur la mémoire des mouvements Kurdes en Iran pendant la révolution iranienne de 1979. Mobilisant quatre langues, Mansur Tayfuri écrit principalement en kurde et en farsi. On lui doit des récits et des textes littéraires. Il est également traducteur et s’est consacré à la traduction de textes de philosophie contemporaine parmi lesquels Le Maître ignorant, Jacques Rancière (2015), La Vraie vie, Alain Badiou (2018), Pilate et Jésus, Girogio Agamben (2019).


https://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search