Rêves (l’archive entre poétique, politique, et violence de l’histoire) (6)

Jeudi 18 mars 2021, 13h00–16h00 (heure de Paris) | 9h00-12h00 (heure de Buenos aires) | 8h00-11h00 (heure de Port-au-Prince) via l’Internet

Marie Bardet (IDAES et IAMK-UNSAM / MUSIDANSE-Paris 8) : Échappée en danse et en philosophie

Il s’agira de revenir sur le fil conducteur d’une recherche entre danse et philosophie, dans une étape d’un projet dont le titre varie au fil du temps, Faire front avec nos dos, Faire face avec nos dos. Entre force et vulnérabilité, Perdre la face, et en particulier de comment les pratiques dansées et les pratiques somatiques peuvent permettre d’expérimenter et d’inventer les relations, les alliances des sens, les spatialités, des échappées à la logique spéculaire, dans ses caractères de centralité, de focalité, et de frontalité du regard, à la fois produit et producteur d’un appareil perceptif, d’un type d’espace, de relations, de savoirs, de monde et d’être au monde, paradigmatiques de l’épistémè occidentale. La recherche a la fois conceptuelle et sensible, se lie aux mouvements féministes et non binaires en Argentine, s’emparant à la fois de l’idée de cesser de ne pas se défendre, et de force de la vulnérabilité.

Marie Bardet est Professeure titulaire d’une chaire de Philosophie de la danse à l’Université Nationale San Martin à Buenos-Aires (Argentine). Elle est docteure en Philosophie de l’Université Paris 8 et en Sciences Sociales de l’Université de Buenos-Aires.
Sa formation associait philosophie contemporaine et esthétique, improvisation en danse, et techniques somatiques, une transversalité présente dans son écriture, ses créations ainsi que dans son enseignement à l’université et en écoles d’art. Elle a enseigné en France, en Argentine et au Chili. Elle dirige la collection Petite Bibliothèque Sensible aux éditions Cactus-Buenos Aires.

Valentin Schaepelynck (EXPERICE-Paris 8) : Archives de Georges Lapassade

Ce qui frappe, concernant Lapassade, c’est l’extrême pluralité de ses objets d’investigation : la dynamique de groupe, le stambali, la bioénergie, les traditions Gnaouas d’Essaouira, la Macumba, la transe, les états modifiés de conscience, la dissociation, la tarentelle, le hip-hop – il est l’un des premiers ethnologues à écrire sur le rap sur lequel il publie un livre en 1990 – ou encore l’ethnométhodologie. Cette pluralité indique toutefois une cohérence et une persévérance ininterrompues qui se manifestent à travers une réelle curiosité pour les objets et les mouvements culturels nouveaux ou anciens, les traditions mais aussi les modes, les groupes, les bandes, autant de phénomènes qu’il s’efforce d’accompagner et parfois même de promouvoir, mais qu’il interroge aussi dans leur institutionnalisation, leur normativité, et, tout en mettant en valeur leur singularité, travaille aussi à faire apparaître leurs impensés, leurs impasses, le hors-champ qu’il mettent à l’écart — L’institution renversée (Eterotopia, 2018)

Valentin Schaepelynck est MCF en sciences de l’éducation à l’Université Paris 8 où il est aussi responsable du parcours de Master ETLV (Éducation tout au long de la vie). Après des études de philosophie aux universités Paris 8 et Paris 10 Nanterre, il a soutenu une thèse en sciences de l’éducation à Paris 8 à propos de l’émergence de l’analyse institutionnelle dans les années 60. Il participe aux revues Chimères et Le Télémaque. Ses travaux portent sur l’analyse institutionnelle, la psychothérapie et la pédagogie institutionnelle, les pédagogies nouvelles, la politisation des enjeux pédagogiques, la socio-histoire des institutions et des dispositifs pédagogiques, la philosophie de l’éducation.

Jean-Jacques Cadet (ENS de l’Université d’État d’Haïti) : La question coloniale dans la pensée marxiste haïtienne

Parmi les pensées marxistes non-européennes, la pensée marxiste haïtienne est née d’un double déplacement, géographique et conceptuel de l’exil et de la réappropriation de la pensée de Marx, en particulier aux plans des thèmes de la formation historique et sociale d’Haïti et de l’aliénation, alimentée des courants indigénistes, de la négritude et de la dépendance. Dès lors la question coloniale y occupe une place centrale, polarisée entre l’événement de la révolution haïtienne de 1804 et les débats sur le racisme (fin 19e sicle avec Antenor Firmin et Louis-Joseph Janvier). Interdisciplinaire, originale et plurielle, dont les auteurs sont aussi des écrivains prolifiques, et dont l’une des premières figure est contemporaine du Capital n’est pourtant jamais mentionnée au titre de l’histoire des marxismes d’Amérique latine, ni des marxismes des mouvements noirs de libération. Les recherches de Jean-Jacques Cadet viennent ainsi contribuer à combler une lacune importante de l’historiographie marxiste dans le passé, tout en réfléchissant la pensée marxiste haïtienne au jour des mouvements actuels.

Jean-Jacques Cadet, docteur de l’Université Paris 8, enseigne la philosophie à l’École Normale Supérieure de l’Université d’État d’Haïti. Il a été lauréat de la bourse postdoctorale du LADIREP « Langages, Discours et Représentations », laboratoire de la Faculté d’Ethnologie de l’UEH. Sa thèse “Le marxisme haïtien : marxisme et anticolonialisme en Haïti” a été publiée en 2020 aux éditions Delga. Il travaille actuellement sur les recours des marxistes caribéens à l’anthropologie dans le cadre de l’élaboration de leurs pensées de l’émancipation.
Thèmes de recherche : Philosophie sociale, Pensées marxistes, Études postcoloniales.


https://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search