Rêves (l’archive entre poétique, politique, et violence de l’histoire) (7)

Jeudi 15 avril 2021, 9h00-12h00 (heure de Santiago du Chili) | 15h00-18h00 (heure de Paris) via l’Internet

Mauricio Carreño Hernandez, Isis Castañeda Capriroli (LaPSoS-Université du Chili) : Rêves en quarantaine

La recherche « Rêves en quarantaine » du Laboratoire transdisciplinaire en pratiques sociales et subjectivité (LaPSoS) a pour objectif d’étudier la production onirique des personnes vivant au Chili pendant la période de pandémie causée par le virus du SRAS-COV-2, afin de comprendre comment les aspects sociaux, économiques, politiques et matériels façonnent les rêves, ainsi que leur impact sur la vie subjective.
Le Laboratoire transdisciplinaire en pratiques sociales et subjectivité (LaPSoS) est un laboratoire de recherche/création de la Faculté des sciences sociales de l’Université du Chili, qui a pour objet de recherche et d’intervention les troubles sociaux et les subjectivités au Chili. Réunissant des enseignant·e·s, des chercheur·e·s, étudiant·e·s et assistant·e·s en sciences sociales, arts, philosophie, droit et sciences humaines, autour de l’intérêt pour des objets et des méthodologies hybrides permettant de délimiter des questions et des échanges entre les inerties disciplinaires, son travail s’organise autour de trois axes principaux d’enquête / d’action : 1) Dispositifs gouvernementaux et institutions ; 2) Espace public et vie quotidienne ; 3) Santé mentale et corporalité.

Mauricio Carreño Hernandez est psychologue clinicien. Il enseigne en psychologie à l’Université de Santiago du Chili, et est membre du Laboratoire transdisciplinaire en pratiques sociales et subjectivité (LaPSoS) de l’Université du Chili, assistant du Laboratoire interdisciplinaire en controverses constituantes (LabControversias) de la même université, ainsi que du comité de rédaction du revue Bricolaje. Domaines de recherche : psychanalyse et pratiques sociales, jeunesse, criminalité et violence.

Isis Castañeda Capriroli rédige une thèse de doctorat de philosophie entre le Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) de l’Université Paris Cité et le Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP) de l’Université Paris 8. Ses recherches portent sur le rêve et son incidence dans la vie subjective. Elle est aussi membre du LaPSoS de l’Université du Chili, du comité de rédaction du revue Bricolaje de la Faculté des sciences sociales de l’Université du Chili et du Groupe d’études transglobales à l’Université Paris 8.

Vanessa Codaccioni (CRESPPA-CSU Paris 8) : Les archives W5. La pathologisation de l’activisme radical

« Quelle n’est pas la surprise, pour la chercheuse familière des archives des institutions en charge de la répression des “ennemis intérieurs” (armée, préfecture de police, ministère de la Justice) sous la guerre froide et les conflits de décolonisation, de découvrir, au milieu des dossiers instruits et jugés par la Cour de sûreté de l’État, des rapports d’examens psychiatriques de membres de la Gauche prolétarienne, du Front de libération nationale corse (FLNC) ou d’Action directe. L’étonnement croît lorsqu’il apparaît clairement que ces examens psychiatriques, ou médico-psychologiques selon les cas, sont systématiquement demandés, par commissions rogatoires, par les juges d’instruction de cette juridiction d’exception créée en 1963 pour juger les membres de l’Organisation armée secrète (OAS) inculpés d’atteinte à la sûreté de l’État (Codaccioni 2015). Il se transforme même, on peut le dire, en une forme d’indignation face à ce qui apparaît clairement comme une pathologisation du militantisme et, plus généralement, du crime et de la criminalité politiques. Car, à la différence par exemple d’un rapport de police dont ils sont tout à la fois le pendant et le complément dans la division du travail de criminalisation de l’opposition, ces multiples retranscriptions d’entretiens réalisés au sein même des prisons nous font entrer dans le “for intérieur” des inculpés. La parole qui s’y donne à voir est ainsi très différente de celle recueillie lors d’interrogatoires policiers ou pendant les audiences, des événements clairement identifiables comme des expériences répressives et que les militants, s’ils le souhaitent, peuvent politiser ou tout au moins détourner à des fins politiques. » — (Genèses 2017/2, n° 107).

Vanessa Codaccioni est maîtresse de conférences HDR au département de science politique de l’université Paris VIII et membre du laboratoire CRESPPA-CSU. Spécialiste de la justice pénale et de la répression, elle est notamment l’auteure, de Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962 (CNRS, 2013), et Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes (CNRS, 2015), La légitime défense. Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières (CNRS, 2018), Répression. L’État face aux contestations politiques (Textuel, 2019), La société de vigilance : autosurveillance, délation et haines sécuritaires (Textuel, 2021).


https://seminairepo.hypotheses.org
contact.seminaire.po (AT) gmail.com


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search